Gestion du Stress

Définition

Le stress fait partie des fléaux de notre époque, mais que savons-nous de lui, de son mécanisme ?

Le stress est tout d’abord une « réponse de l’organisme à tout ce qui vient menacer son équilibre et sa survie ».

Il affecte autant notre équilibre physique : l’homéostasie, c’est-à-dire notre santé. Comme il peut nous rendre aussi vulnérable sur les plans psychologiques et émotionnels.

Notre organisme répond parce qu’il s’adapte et en cela le stress est un mode d’adaptation de l’être humain à toutes les sollicitations extérieures comme intérieures.

Pour autant, nous ne réagissons pas tous de la même manière face aux événements.

Chacun construit sa perception personnelle et subjective d’une situation stressante, analyse sa capacité à y faire face et met en place les stratégies adaptatives dont il se sent capable dans l’instant où il est affecté.

Il impacte notre vision de l’avenir et notre capacité à nous projeter pour mettre en œuvre des solutions.

 

Les apports de la Sophrologie

 

La sophrologie offre des outils spécifiques qui englobent tous les éléments du stress. L’objectif est de vous permettre de faire face aux différentes situations génératrices de stress de la vie privée ou professionnelle, mais également d’apprendre à vous faire confiance, à mieux connaître et respecter vos limites.

Elle permet ainsi de bâtir une stratégie adaptée pour y faire face.

Outre la respiration et la relaxation, la sophrologie travaille sur les représentations et les croyances de chacun. Elle les module par l’élaboration d’images positives offrant une perspective réaliste et efficace d’un avenir constructif.

 

Le stress et le travail

 

Le monde du travail, tel que nous l’appréhendons aujourd’hui est susceptible d’être source de stress.

Face aux incertitudes de l’évolution de nos carrières, nos activités peuvent être soumises à la pression de la rentabilité omniprésente, ce qui provoque surmenage et angoisse qui peuvent aller jusqu’au burn-out.

Aujourd’hui, nous devons être partout à la fois. Cette stimulation requiert nos ressources et délimitent nos limites.

Il en résulte une perte de repère, des peurs, du désintérêt, et le travail, initialement source de réalisation, peur devenir pesant dans la mesure même où il se trouve désinvesti.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s